Aller vers ELOHIM

Même si je connais tous les mystères et la connaissance de toutes choses, et même si j'ai toute la foi jusqu'à transporter les montagnes, mais que je n’aie pas l'amour, je ne suis rien.

On ouvre à celui qui frappe

Trois hommes furent envoyés devant un juge par le riche propriétaire d’un champ qui leur avait prêté de l’argent. A la suite jugement, le propriétaire leur informa qu’il souhaitait les mettre au supplice de l’épée pour les faire mourir. Ils fondirent en larmes et tombèrent sur leur face, suppliant le riche propriétaire qui les avait condamnés. Rempli de compassion, il leur offrit une alternative : « si vous parvenez à me retourner la somme avec intérêt que vous me devez sous les 6 mois, alors j’effacerai mon jugement ». La somme due était de 3.000.000€. Ainsi, chacun d’entre eux était redevable de 1.000.000€. Or aucun des hommes ne disposaient encore de la somme.

Le premier homme fût dans l’amertume et fût pris de vertige. Il abandonna à l’idée même d’obtenir miséricorde. Il se disait : « mon péché est trop grand, le maître ne me pardonnera jamais. Hélas, j’irai en prison et j’y mourrai car mon péché est trop grand ». Cet homme n’osa pas frapper à la porte du maître par honte et se culpabilisant, il se rendît au juge qui le condamna à mort.

Le deuxième homme alla frapper à la porte du maître. Etant honteux, il se refusa d’entrée et l’implora de lui laisser plus de temps pour trouver la somme. L’homme travailla par ses propres forces afin de racheter son péché par ses œuvres. Il accumula au premier mois 1000€ en peu de temps et fût fier de ses efforts. Mais les autres mois furent si pénibles, qu’il se découragea et abandonna l’espoir d’y arriver, car la somme était beaucoup trop élevée. Il se rendît au juge qui le condamna à mort.

Le troisième homme alla frapper à la porte du maître et dit : « Bon maître, j’ai péché et il m’est impossible de rembourser ma dette. Je sais toutefois que tu es résolu à ce que je m’acquitte de mon dû pour obtenir ton pardon. J’ai aussi conscience que je risque la mort, alors quitte à mourir, je te propose de devenir ton esclave à vie. J’entrerai et je m’occuperai des tâches ingrates et tu disposeras de ma vie comme tu le souhaite ». Ainsi l’homme se mit au service du riche propriétaire, entra dans la maison et fut établi comme serviteur à vie. Il échappa au joug de l’épée et sauva son âme de l’angoisse, contre sa liberté.

L’homme qu’une personne contre le Seigneur, elle s’auto-condamne automatiquement et se dit que le Seigneur ne lui pardonnera jamais.

  • « j’ai fait trop de mauvaises choses pour que Jésus me pardonne … »
  • « je suis un pécheur, je ne peux pas changer … »
  • « je n’ai pas d’autres choix que d’aller en enfer, je ne suis pas une bonne personne … »

D’autres personnes pensent qu’elles peuvent réparer ou racheter leur péché par leur bonne conduite ou en faisant des efforts seules. Aussi fort que vous puissiez l’être, il est impossible à un homme de racheter tout le mal qu’il a fait depuis la création du monde. Certaines personnes se rendent comptent qu’elles résistent à la tentation un moment, puis finissent par retomber dans leur travers. Elles en sortent alors complètement briser.

La véritable solution est d’être honnête avec vous-même. La plupart du temps, vous vous condamner vous-même parce que vous pensez que le Seigneur veut forcément vous punir. Or le Seigneur attend seulement que nous frappions à sa porte humblement, car il nous l’a promis : « on ouvre à celui qui frappera ». Allons et rentrons dans la maison, tant que la porte est encore ouverte.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article