Publié par Mon frère en Christ

Extrait livre : "Il y a quelqu’un au milieu de vous que vous ne connaissez pas

 

Le piège pour un Chrétien est de penser qu’il peut vivre comme avant. Dès le moment où nous sommes convertis, nous ne pouvons plus vivre, penser, raisonner comme avant.

Parce que nous sommes soumis à la pression des uns et des autres, nous prenons la liberté de nous permettre certains compromis.

Regarder un film violent est-il vraiment un péché ?

Est-ce si grave si je vais dans un bar avec des amis ?

Si nous continuons à vouloir trouver des réponses de la sorte, soyez-en sûr, c’est la compromission qui arrivera. Souvenez-vous que le père du mensonge, Satan, est toujours disposé à vous dire que le péché ne tue pas : « Non, vous ne mourrez pas ! ». Ce n’est plus comme ça que nous devons raisonner. Lorsque notre chair nous défie, et que dans notre esprit nous hésitions à aller ou à faire quelque chose, voici comment il faut raisonner :

Est-ce qu’Elohîm souhaiterait que j’aille ou que je fasse ceci ?

Est-ce le Saint-Esprit qui me pousse à écouter telle musique ?

Nous vivons au milieu de personnes qui ne connaissent pas la voie de Yéhoshoua. Forcément, nous aurons des pensées et des désirs. Le tout étant de discerner ce qui vient du Seigneur et ce qui est conforme. Personnellement, je ne pense pas qu’un seul des prophètes tels que nous les connaissons dans l’Ancien Testament puisse écouter du rap chrétien, ou encore aller dans une boîte de nuit. Paul nous demande de les imiter, et je pense que c’est là un conseil qu’il serait sage de bien considérer.

L’Évangile, c'est aussi le fait de dire NON au péché et à tout ce qui peut nous distraire. Mais vous voyez, si on ne me dit pas que le péché est péché et que je meurs dedans, je vais en enfer. Si un homosexuel est touché par l'Evangile, devrez-vous tolérer la relation qu'il entretient avec un homme, ou le prêcher (dans l'amour et sans condamnation de sa personne bien sûr) ce que dit la Parole d’Elohîm ? L’Evangile n’a pas été prêché pour plaire à tout le monde. Son message présente Yéhoshoua : notre Elohîm. L'Evangile le présente selon l'Esprit, pas selon le monde. Vous allez peut-être me dire que j'exagère sur cet exemple et que ce n'est pas la même chose. J'ai moi aussi pensé que la tolérance était une forme d'amour ; mais ce qu’il faut savoir c’est que pour nous Chrétien, c’est la porte ouverte à tout.

Nous devons prendre l'Evangile tel qu'il est. Elohîm supporte nos fautes et nos tendances, par contre ce n'est pas une raison pour bâtir l'évangélisation ainsi. On ne prend pas un bouc pour le faire passer aux yeux des hommes pour un agneau, c'est de la contrefaçon. De même, si le vin d’Elohîm nous a été servi pur, pourquoi vouloir le dilué ? Pour plaire aux hommes ? Et si vous avez été revêtu par l'Esprit du Seigneur d'un vêtement blanc, pourquoi vouloir retourner dans la boue que vous avez quittée ? Si Elohîm n'est pas capable de convertir sa propre créature sans le seul recours de sa Parole, alors pourquoi le servir ?

Si nous n’avons pas vocation à apporter une paix durable ni à éradiquer toute la misère du monde, nous pouvons par la grâce du Saint-Esprit montrer la lumière à ceux qui sont dans les ténèbres. Chaque Chrétien est responsable, et nous avons d’une manière ou d’une autre une responsabilité spirituelle et morale.

Yéhoshoua Mashiah a appelé l’Église à être ses témoins. Il y a un devoir spirituel qui s’incombe à tous les Chrétiens. Connaitre son identité est donc indispensable. En effet les hérésies que nous voyons aujourd’hui émergent en grande cause parce que beaucoup des croyants négligent à chercher avec sincérité la volonté d’Elohîm, mais aussi de répondre à la véritable nature de leur vocation.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article