Aller vers ELOHIM

Une chose que je désire ardemment : c'est d'habiter dans la maison de YHWH tous les jours de ma vie, pour contempler la beauté de YHWH et pour admirer son temple.

De l'ombre des immeubles à la lumière de Jésus (Témoignage) - par Grégory Fischer

Publié le 24 Janvier 2019 par Le chretien vigilant in Témoignages et prophéties, Livres

 

Titre : De l'ombre des immeubles à la lumière de Jésus

Auteur(s) : Grégory Fischer

Format disponible : PDF uniquement

 

Lire le livre

Télécharger

 

Témoignage de Grégory Fischer, auteur du livre :

"La marche chrétienne comporte tout un lot de persécutions.
Attaques, injures, insultes, calomnies, moqueries, mépris,
haine, provocations, fausses accusations, critiques, c'est le
quotidien du vrai chrétien. Eh oui, c'est le contrat ! Nous ne
sommes pas plus grands que le Maître. Si on l'a haï, à plus
forte raison ses serviteurs. La persécution est le signe, la
preuve que la personne marche dans la vérité. Dès que j'ai
déclaré appartenir à Jésus, des noms d'oiseaux ont fusé au dessus
de ma tête comme des obus. Ma conversion a fait
l'effet d'une bombe tout autour de moi. Incompris, j'ai le
droit à des remarques. On m'a dit que j'ai changé et qu'on
ne me reconnaissait plus. En abandonnant les traditions
des hommes et ma vie d'avant, c'est sûr que je n'allais pas
avoir uniquement des amis. Selon le monde, je suis fou.
Oui, je suis fou de Jésus. Comme un corps étranger, le
monde rejette ce qui ne lui appartient pas. Je suis étranger
et voyageur sur cette terre. Et j'ai l'assurance que rien ne
peut me séparer de l'Amour de Jésus. Je voulais
particulièrement bénir les détracteurs et mes ennemis. Je
vous aime, au Nom de Jésus" (p. 61).

"J'étais ce jeune homme perdu dans cette jungle de béton
qui est le monde. Jésus-Christ ma Lumière, le Soleil de
justice, l'Orient d'en haut m'a sauvé. À Lui seul toute la
gloire ! Il a brisé mes liens. Il a ôté mon casier judiciaire
chargé et l'a remplacé par un casier vierge. Il m'a rendu
libre. Par la grâce de Dieu, je suis passé de la mort à la vie." (p. 69).

 

 

Commenter cet article