Le prix du coltan : le silence des puissants, le mutisme des religieux

par Le chretien vigilant  -  27 Juin 2017, 15:07  -  #C'est le temps d'être prêt !

Le prix du coltan : le silence des puissants, le mutisme des religieux

Le conflit le plus meurtrier et plus méconnu depuis la seconde guerre mondiale abreuve aujourd’hui le sang de millions et de millions d’individu. La République Démocratique du Congo, situé au centre de l’Afrique, l’un des plus grands et des plus riche pays (naturel) au monde est l’hôte d’un conflit abominable, dans la lignée des grands massacres du 20ème et 21ème siècle.

 

Des enfants découpés, des femmes violées par des tortionnaires porteurs du sida, des tortures et des maisons brulées ; tel est le prix du coltan, petit minéraux utiliser pour la construction des téléphones portables IPhone et Samsung, de nos télévisions Sony ... On est loin de s’imaginer que tout cela se passe dans un si grand pays dont on entend jamais parler, si ce n’est pour son étrange pauvreté au vue de la richesse de ce pays, et des balourdises politiques ou religieuses. L’étrange silence des médias amène à se poser des questions premièrement quant à la véritable sensibilité d’un conflit dont les responsables politiques n’ignorent certainement pas l’existence, mais aussi leur passivité pouvant laisser croire qu’il ne se passerait absolument rien dans l’est de la RDC.

 

Seulement les portes de ce malheur ont bien frappé ce pays, mais plus généralement ce continent qu’est l’Afrique, depuis maintenant plusieurs années, à voir, plusieurs siècles. La faute à des ressources naturelles, agricoles, à des terres fertiles, à des barrages d’eau et à des richesses immenses qui, nous pouvons l’imaginer, pourrait faire de l’Afrique le continent le plus riche au monde.

 

Les massacres à l’est de la RDC sont donc commandités par une politique du silence. Des mercenaires sur place font subir un véritable raz-de-marée de terreur, afin de faire fuir les populations des zones minières convoitées par certains groupes multinationales. Malheur aux hommes trop résistants ou qui auront le malheur d’être trouvé sur les lieux, leur boucher les promettent une mort lente et une session de torture à coup de machette, d’une barbarie sans nom. Malheur aux femmes, incapable de fuir lors des visites nocturnes et meurtrières de certains démons fait hommes, porteur du sida et d’autres maladies transmissibles qui n’hésiteront à les violer, à les défigurer eux et leur enfant. Malheur  aussi aux petits enfants, qui n’ont même pas l’âge de comprendre le monde, qui naîtront avec des maladies inimaginables, incurable et inconnu des plus grand chirurgiens, et qui hériteront pour se soigner des médicament périmés, expérimental, prototype que l’on testera d’abord sur eux, afin d’en voir les effets néfastes.

 

Le prix du coltan, du diamant, et autre richesse convoité par les groupuscules multinationales (et autres ?) est immense. Le prix du coltan est aujourd’hui de plus de 10 millions de morts. Il est aujourd’hui estimé à des millions de viols, de sévices et d’abominations. Le prix du coltan n’a d’équivalent que le prix des maisons brûlées, des champs ravagés, et des enfants décapités. Le prix du coltan coute aujourd’hui 800€ chaque année, à la sortie du nouvel IPhone, ou du pharamineux Samsung. Le prix du coltan a attiré le silence des puissants de ce monde, a passé ce conflit meurtrier sous un silence qui leur profite bien.

 

Dans ce grand bal d’aveugle, les églises et les pasteurs en RDC Congo ne se mobilise pas plus que cela. Ainsi le pasteur Marcelo Tunasi décidera, suite à un appel de fond d’ouvrir une megachruch, le pasteur Mukuna aimera plutôt acheter un club de foot et des 4x4 plutôt une population dont le taux de pauvreté est l’un des plus élevé au monde, et dont les plus éprouvé attendent dans l’espoir, qu’un jour enfin ces soi-disant leaders religieux appliquent Matthieu 22 :39 ; pas seulement en prédication, mais aussi sur le terrain.

 

Et que dire de l’évangile de prospérité, solution avancée par les Yvan Castanou, Mamadou Karambiri pour les uns ; mais pour certains aussi d’initiations mystiques, de sorcellerie ou de franc-maçonnerie, solutions prônées par d’autres pasteurs africains, voleurs, cupides, et sans sens moral, dans des pays où les leaders religieux ne cesse d’alimenter la culture de la peur de pauvreté « chronique », et les invitant à investir dans l’église pour récolter plus.

 

Les chrétiens sont aussi coupables, puisqu’en laissant entrainer dans ces supercheries, ils échouent eux même dans le plan de Dieu.

Ma prière est que, dans les jours, les mois ou les années à venir, cet article que vous venez de lire, écrit  le 27 juin 2017, ne soit plus en vigueur et ne restera définitivement qu’un mauvais souvenir.