Aller vers ELOHIM

Une chose que je désire ardemment : c'est d'habiter dans la maison de YHWH tous les jours de ma vie, pour contempler la beauté de YHWH et pour admirer son temple.

La nature véritables des sentiments

Publié le 19 Février 2018 par Le chretien vigilant in Une parole pour s'édifier, Chroniques de la vie chrétienne

La nature véritables des sentiments

Puisque nous avons vu que l’homme est un amoureux de la « paix », et que nous avons vu malheureusement que nous nous soumettons très souvent à des jougs inutiles, il est aussi bon d’aborder un autre sujet qui fait énormément à la guerre à notre âme, c’est le sentimentalisme.

 

Il est impossible à un homme de ne pas éprouver de sentiments envers ceux qui l’entourent. Que ce sentiment soit bon ou mauvais, nous le ressentons quand même. On n’échappe pas à la loi du sentiment, car si Dieu a créé Eve, c’est pour qu’Adam ait aussi un cœur à aimer. Sauf que depuis le péché originel, et pauvre Adam nous le citerons encore une énième fois, tous les sentiments spirituels qui existait dans le cœur de l’homme ont été désorienté. L’amour a perdu son véritable sens, et comme évoqué dans la partie précédente, chaque fruit de l’esprit spirituel a vu émergé des contrefaçons, des fruits de l’esprit charnel.

 

Il y a clairement un déséquilibre lorsque nous examinons les sentiments des gens et même de certains chrétiens. L’amour que Dieu a créé au commencement était pour un homme et pour une femme. Le divorce ne pouvait pas exister dans l’équation de Dieu. Sachez donc mes chers amis, que la division n’est pas un calcul qui plait à Dieu. Mais l’ère du péché a entraîné une déflagration de prostitution spirituel, si vous me permettez l’expression. Des chrétiens qui se remarie, certains polygames, certains pédophiles, d’autres homosexuels, et dans toutes ces folies, ils trouvent tout de même le courage de dire que c’est de l’amour normal, béni de Dieu. Le sens même de l’amour a été profondément dénaturé, puisqu’à notre époque, l’amour n’a majoritairement que pour connotation à un rapport sexuel : « on s’aime, alors on couche ensemble », tel est le raisonnement de cette époque. L’amour se résume aussi pour beaucoup à une attirance charnelle. Voyez comment la fille de David, après avoir été approché par son frère qui affirmait être malade d’amour, a été rejeté par ce dernier, une fois son désir assouvi. Mais il y a encore pire, c’est que nous trouvons des chrétiens qui trouvent toutes ces déviances normales et qui les acceptent parce qu’il faut faire preuve de « tolérance ».

 

J’ai pris l’exemple de l’amour, mais cela peut être n’importe quel sentiment. D’ailleurs, la colère a toujours un sens négatif dans la bouche des chrétiens, mais quand nous lisons la Bible, nous remarquons qu'il y a la colère de Dieu, et la colère de l’homme, il y a même la jalousie de Dieu et la jalousie de l’homme. Donc il existe bel et bien des sentiments spirituels, et des sentiments charnels. L’un produit la vie et la bénédiction et l’autre la mort et le tourment.

 

Le problème réside en ce que nous sommes très attaché aux sentiments de la chair, mais aussi au fait que nos sociétés nous encouragent à aller dans ce sens par la promotion de mode vie contraire à la sanctification. Donc beaucoup d’homme pense savoir aimer, mais en réalité n’aime pas selon Dieu. Cela ne s’applique pas à tous, mais la majorité des hommes, et même ceux qui sont chrétiens ont beaucoup de problèmes sur la nature véritable des sentiments qu'ils reçoivent et qu'ils donnent.

 

Naître de nouveau entraîne donc une renaissance des sentiments spirituels. La raison pour laquelle nous éprouvons de l’aversion pour certaines pratiques dont nous étions coutumiers dans le passé est dû au fait que de nouveaux sentiments existent dans notre cœur. Une nouvelle nature appelle de nouveaux sentiments.

 

Mais la Bible nous demande de nous enquérir des sentiments de Christ qui sont excellent. Ces sentiments qu'ils nous est donné de pleinement éprouvé dans nos cœurs, lorsque Dieu déverse sur nous ses bonnes grâces.

 

Que le Dieu d'amour et de paix nous fasse y abonder.

Commenter cet article