Aller vers ELOHIM

Une chose que je désire ardemment : c'est d'habiter dans la maison de YHWH tous les jours de ma vie, pour contempler la beauté de YHWH et pour admirer son temple.

Jésus le Nazaréen, la grande énigme juive

Publié le 30 Novembre 2017 par Le chretien vigilant in Jésus

Jésus le Nazaréen, la grande énigme juive

Notre Seigneur Jésus a dû faire face à la véhémence exacerbée de beaucoup de juifs à son époque. Beaucoup d’entre nous se sont certainement intéressés et posé la question de savoir : « pourquoi les juifs ont rejeté et rejettent Jésus ? ».

Une petite partie de cette réponse a été abordée dans un autre sujet : « la doctrine de Jésus ne convient pas aux religieux », quoique ce partage concerne aussi les religieux de notre époque. Dans cet article, ce qui va nous intéresser et qui je trouve est intéressant d’exploiter, est le regard que les juifs portaient sur Jésus le Nazaréen.

En affinant la lecture du livre de Jean, nous nous rendons compte que Jésus était l’objet de beaucoup de contestation et un grand sujet d’étonnement. Il faut d’abord noter que les juifs ne refusaient pas les prophètes, puisque même les religieux considéraient Jean Baptiste comme un authentique prophète de Dieu.

Cependant la conception juive, lié notamment à la tradition orale et aux écrits des sages pré-déportation babylonienne et post-déportation présente un messie totalement différent de ce qu’était Jésus. Le premier élément qui a poussé les juifs à rejeter le Christ, est que selon la tradition des juifs, le messie serait un homme … et seulement un homme. Or Jésus a clairement revendiqué sa divinité en disant qu'il était Fils de Dieu, donc plus qu’un homme, en affirmant même que lui et Dieu ne sont qu’un seul être. Il a même d’ailleurs pardonné les péchés de plusieurs hommes de son vivant, ce qui est une tâche réservée à Dieu seul. Ces actes non contredits par Jésus témoignaient devant tous qu'il était Dieu d’Israël (lire Jean 5). C’est la raison pour laquelle les juifs voulaient le faire mourir, parce qu’ils considéraient qu'il blasphémait.

Suite à quoi, les religieux juifs ont conclu deux raisonnements : que Jésus était un fou illuminé (Jean 10 :20) ; et qu'il faisait de la sorcellerie (Marc 3 :22). D’ailleurs, nous pouvons aussi penser que sa propre famille s’était dans un premier temps rangée de cet avis (Jean 7), et que même ses disciples résistaient à le croire totalement.

Les paroles spirituelles de Jésus sont difficiles à comprendre pour un homme charnel. D’ailleurs, lorsque Jésus affirme qu'il faut manger sa chair et boire son sang, c'est-à-dire accepter l’œuvre de la croix, beaucoup y ont vu un signe de folie et de cannibalisme. De même, lorsqu’il a prétendu exister avant Abraham qui est mort des siècles bien avant, beaucoup se sont moqués de lui, et ont tenté de le lapider.

Autre élément qui a été cause de division : les miracles de Jésus. Je ne reviendrai pas sur ce qui a été dit dans l’article « la doctrine de Jésus ne convient pas aux religieux », mais plutôt de savoir pourquoi les juifs ne l’ont pas reconnu ceci.

Nous trouvons une première partie de la réponse dans Deutéronome 13 :

S'il s'élève au milieu de toi un prophète ou un songeur de songes, qui te donne un signe ou miracle, 2 et que ce signe ou ce miracle dont il t'a parlé, arrive, et qu'il te dise : Allons après d'autres dieux que tu ne connais point, et servons-les ! 3 Tu n'écouteras point les paroles de ce prophète ni de ce songeur de songes, car Yahweh, votre Dieu, vous met à l'épreuve pour savoir si vous aimez Yahweh, votre Dieu, de tout votre cœur et de toute votre âme

 

Le problème n’était pas en soi les miracles, puisque le peuple juif sait que les miracles divins existent. Le problème est qu'ils ont considéré que Jésus les entraînait à servir un autre dieu que Yahweh ! Jésus était perçu comme un séducteur et un imposteur. Nous le comprenons lorsque nous analysons le chapitre de Jean 9, après que Jésus ait guéri un aveugle né. Les pharisiens, surpris de ce miracle (car ils affirmaient que Jésus était un imposteur et voulaient profiter de cela pour acquérir un témoignage contre lui), appelèrent l’homme. Ces religieux, stupéfaits, s’attendaient en effet à ce que cet homme dise que Jésus était un inique, et persécutait cet ancien aveugle en lui martelant : « Que t’a-t-il fait ? Comment a-t-il ouvert tes yeux ? ».

 

Jean 9 :3-34

Ils amenèrent aux pharisiens celui qui auparavant avait été aveugle. 14 Or c'était en un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue et lui avait ouvert les yeux.15 Alors les pharisiens lui demandèrent de nouveau comment il avait recouvré la vue ; et il leur dit : Il a mis de la boue sur mes yeux, et je me suis lavé, et je vois. 16 Sur quoi quelques-uns d'entre les pharisiens dirent : Cet homme n'est pas un envoyé de Dieu, car il n'observe pas le sabbat. Mais d'autres disaient : Comment un homme pécheur peut-il faire de tels prodiges ? Et il y avait de la division entre eux. 17 Ils dirent encore à l'aveugle : Toi, que dis-tu de lui, sur ce qu'il t'a ouvert les yeux ? Il répondit : C'est un prophète. 18 Mais les Juifs ne crurent pas que cet homme avait été aveugle et qu'il avait recouvré la vue, jusqu'à ce qu'ils eurent appelé le père et la mère de celui qui avait recouvré la vue. 19 Et ils les interrogèrent, disant : Est-ce là votre fils, que vous dites être né aveugle ? Comment donc voit-il maintenant ? 20 Son père et sa mère leur répondirent : Nous savons que c'est ici notre fils, et qu'il est né aveugle. 21 Mais comment il voit maintenant, ou qui lui a ouvert les yeux, nous ne le savons pas. Il a de l'âge, interrogez-le, il parlera de ce qui le regarde. 22 Son père et sa mère dirent ces choses parce qu'ils craignaient les Juifs ; car les Juifs avaient déjà convenu que, si quelqu'un confessait que Jésus était le Christ, il serait exclu de la synagogue. 23 Pour cette raison son père et sa mère dirent : Il a de l'âge, interrogez-le lui-même. 24 Ils appelèrent donc pour la seconde fois l'homme qui avait été aveugle, et ils lui dirent : Donne gloire à Dieu ; nous savons que cet homme est un pécheur. 25 Il répondit : Je ne sais pas si c'est un pécheur ; je sais une chose, c'est que j'étais aveugle et que maintenant je vois. 26 Ils lui dirent donc encore : Que t'a-t-il fait ? Comment a-t-il ouvert tes yeux ? 27 Il leur répondit : Je vous l'ai déjà dit, et vous ne l'avez pas écouté, pourquoi voulez-vous l'entendre encore ? Voulez-vous aussi être ses disciples ? 28 Alors ils l'injurièrent, et lui dirent : Toi, sois son disciple ; nous, nous sommes disciples de Moïse. 29 Nous savons que Dieu a parlé à Moïse ; mais celui-ci, nous ne savons pas d'où il est. 30 L'homme répondit, et leur dit : Certes, c'est une chose étrange que vous ne sachiez pas d'où il est ; et toutefois il a ouvert mes yeux.31 Or nous savons que Dieu n'exauce pas les pécheurs ; mais si quelqu'un est pieux envers Dieu, et fait sa volonté, il l'exauce. 32 On n'a jamais entendu dire que quelqu'un ait ouvert les yeux d'un aveugle-né. 33 Si cet homme n'était pas un envoyé de Dieu, il ne pourrait rien faire de semblable. 34 Ils répondirent : Tu es entièrement né dans le péché, et tu nous enseignes ! Et ils le chassèrent dehors.

 

En réalité le visage de Dieu était contre ces religieux, voici pourquoi ils ne comprenaient pas les actes de Jésus. Jésus dira à Nicodème : « toi qui est un scribe et un sage dans tout Israël, comment ne comprends-tu pas ces choses ? ». Dieu a choisi les choses les plus viles et ceux à qui l’on ne prête pas le regard pour confondre la sagesse des grands et des érudits religieux. Il a confondu la sagesse des scribes et des intellectuels juifs qui pensaient que l’on pouvait rationaliser Dieu, et qu’une loi orale pouvait être l’équivalent de la Torah.

 

Ainsi donc, la description que les juifs avaient du messie n’était pas celle de Dieu et du royaume de Dieu. Les apôtres, les juifs et les pharisiens ont tous posé la même question à Jésus :

 

« Est-ce en ce temps-là que tu établiras le Royaume d’Israël ? » (Actes 1 :6).

 

« Et comme ils entendaient ces choses, Jésus poursuivit son discours, et proposa une parabole, parce qu'il était près de Jérusalem, et qu'ils pensaient que le Royaume de Dieu allait immédiatement paraître ». (Luc 19 :11).

 

Lorsque Jésus dira d’aller acheter des épées, les disciples pensaient au fond d’eux que c’était l’heure de la guerre et de sonner la révolte. Voici pourquoi Pierre coupa si précipitamment l’oreille de Malchus.

 

Jean Baptiste a lui-même rendu témoignage que Jésus était véritablement le Christ. Le fait que les hommes étaient d’ailleurs étonnés de la doctrine de Jésus et de sa personne prouve bien qu'il y avait une attente espérée de la venue du Messie.

 

Jésus n’est pas venu présenter un autre dieu. Il n’y en a qu’un. La venue de Jésus était l’accomplissement même de la prière que faisaient les juifs en espérant que Dieu leur envoie le messie.

 

Cette lumière était la véritable lumière, qui en venant dans le monde, éclaire tout homme. 10 Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, mais le monde ne l'a pas connue. 11 Il4 est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçu. 12 Mais à tous ceux qui l'ont reçu5, à ceux qui croient en son Nom, il leur a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, 13 lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais ils sont nés de Dieu

 

La Parole de Dieu est devenue chair. La Parole de Dieu est sauve. Jésus Christ fait homme, signifie que la Parole de Dieu sauve.

Commenter cet article